Le Why, une histoire incarnée

Un mot sur l’invité du Meetup Holacracy Paris 1er février :

Bruno JOACHIN perpétue le long cours d’une entreprise familiale (val d’Oise) au nom éloquent et à l’acronyme évocateur : Pompes Funèbres Marbre Régis (PFMR). Spécialisée dans le service funéraire, PFMR est passée en Holacracy il y a 18 mois, sous l’impulsion de Bruno JOACHIN après 32 ans d’expérience personnelle sur ce métier. Bruno a souhaité conférer à PFMR de l’autonomie et la centrer sur sa raison d’être : Amour, Famille, Transformation.

Pour notre invité, Bruno JOACHIN, comment s’incarne une telle raison d’être ?

FAMILLE : 55 ans, père de 4 enfants, ayant repris la société de père en fils depuis 4 générations  L’histoire n’est pas seulement familiale mais « en » famille : les réunions se tenaient en famille, les deux parents travaillaient ensemble. Chez PFMR on ne parle pas des « clients » mais des familles.

TRANSFORMATION : Bruno fatigue autour de ses 35 printemps et se lance dans un long et profond cycle de développement personnel  (Communication Non Violente , Analyse Transactionnelle, « Landmark education », il est aussi coaché…). Ce passage profond d’un état à un autre, plus que point d’inflexion dans sa vie deviendra sa culture personnelle puis d’entreprise.

AMOUR :  L’empathie est déterminante chez PFMR. « fais à autrui ce que tu voudrais que l’on te fasse » tient lieu de devise, plébiscitée par la vingtaine de collaborateurs. Ses questionnaires qualité ne sont pas standardisés et distillent chacun des concepts clés de la raison d’être.

SANS WHY, PAS DE HOLACRACY

Les points cardinaux de l’intervention de Bruno :

1)    « sa » raison d’être, profondément mûrie a fertilisé l’entreprise et a servi de boussole au moment du passage en Holacracy (où le projet d’entreprise joue à la fois un rôle mobilisateur (« pour quoi je me lève le matin ? » et de gouvernail « est-ce que cette décision sert/dessert la raison d’être ? »)

2)    Cette raison d’être initiale a été infléchie par le collectif depuis l’implantation Holacracy chez PFMR, preuve s’il en était besoin à la fois du lâcher prise induit du dirigeant et/ou fondateur et de la plasticité d’une organisation Holacracy.

3)    La transformation, sur le plan humain, des dirigeants nous est apparue ici déterminante à l’heure de « basculer » en Holacracy.

4)    En dépit de ces deux pré-requis, (une raison d’être incarnée, légitime et une prédisposition du ou des dirigeant(e)s) Bruno a aussi levé le voile sur les résistances à la nouvelle gouvernance et donner des pistes pour les surmonter ! Beaucoup de pédagogie en interne et l’intervention de soutiens avertis extérieurs.

LES AUTRES PEPITES DE LA SOIREE. (WHY NOT ?)

Selon un sondage flash réalisé auprès de l’assemblée présente, plus de 75% des personnes présentes déclarent avoir trouvé leur raison d’être, personnelle et/ou professionnelle !

Notre hôte, NUMA, par la voix d’Olivier, nous « scoope » sa raison d’être, toute fraîche : « NUMA empowers mission driven tech entrepreneurs to solve the global problems of 2030 ».

Après des conversations croisées en binômes (à bâtons rompus !) rythmées par la cloche tibétaine, des dizaines de projets profonds se seront verbalisés. L’un d’entre eux : « faire de l’éducation un lieu où il ne s’agit plus d’être élève mais d’élever l’être »

Le témoignage de Sabrina, ex insider Holacracy One qui nous a dit la nécessaire et profonde transformation que déclenche, à titre personnel aussi, la pratique assidue de Holacracy. Retrouvez son article ici.

Write a Comment