Holacratie, manager le changement

IN THE MOOD FOR CHANGE

In the mood for change, les participants du Meetup éponyme l’étaient à coup sûr. A tel point que notre dernier Meetup Holacracy a révisé, une fois de plus et a fortiori la fois dernière (!), son format : deux mots clés ont marqué, comme un oxymore, le Meetup Holacracy du 3 juin : « structures libératrices ». (à consulter utilement, liberatingstructures.fr)

A l’issue d’un exercice du nom de Troïka, lors duquel le « client » tourne délibérément le dos aux deux consultants après qu’il a exposé sa problématique, un des protagonistes s’est exclamé : « nous ne parlons pas au client mais pour le client. Cela change tout ». Cette distanciation émotionnelle que l’on peut contacter en nous exprimant de rôle à rôle est parfois à l’œuvre en Holacracy…et la posture de celui qui parle se départit de la « leçon donnée » au bénéfice de « l’aide apportée ». Celui qui écoute, lui, fait son marché.

Un des moments forts de notre dernière session et sans doute, des plus marquants qu’aura connu ce Meetup de début juin fut la séquence inspirante proposée par Pierre Alouges qui au sein d’un grand groupe bancaire a osé initier, fin 2017, l’organisation en cercle avec son équipe qui fait partie d’un département dédié à la transformation et au digital. Et de confesser dés le début de son intervention orale : « J’ai mis en place la permission d’essayer ». Geste inaugural qui s’avéra « extrêmement puissant en matière de prise d’initiatives » puis « incommensurable quant au bien-être des gens ». A la question de savoir ce qui a changé pour lui, Pierre répond : « je me suis retrouvé avec plein de temps disponible ce qui a eu deux conséquences : je traite beaucoup mieux les dossiers complexes et les équipiers ont les coudées franches et produisent mieux » ET conclut qu’il a surtout constaté le changement dans son entourage professionnel immédiat. Conclusion étayée par une anecdote. « Une collaboratrice m’a récemment remercié de lui avoir offert la possibilité d’être adulte au travail. » Un long silence méditatif parcourt l’audience.

Write a Comment